Huit jours : Réflexions bibliques

LA SEMAINE DE PRIÈRE POUR L’UNITÉ CHRÉTIENNE 2017:
Réconciliation – L’amour du Christ nous presse (cf. 2 Corinthiens 5.14-20)

Huit jours : Réflexions bibliques

Téléchargez une version MS Word de cette page

Premiere journée: Il est mort pour tous (2 Corinthiens 5.14)

Éz. 53.4-12; Ps 118.1, 14-29; 1 Jean 2.1-2; Jean 15.13-17

Commentaire

Lors de sa conversion au Christ, Paul eut une illumination : Jésus est mort pour tous les humains, passés, présents et futurs. Car Jésus est mort pour tous et tous sont morts avec lui (2 Co.5:14). En mourant avec le Christ, notre ancien mode de vie devient chose du passé et nous entrons dans une nouvelle forme d’existence : la vie abondante, une vie où nous pouvons trouver réconfort, confiance et pardon, même aujourd’hui, une vie qui continue d’avoir un sens même après la mort. Cette vie nouvelle est la vie en Dieu. Réalisant cela, Paul se sentit pressé, par l’amour du Christ, de prêcher la Bonne nouvelle de la réconciliation avec Dieu. Les Églises chrétiennes partagent cette même mission de proclamer le message évangélique. Il faut nous demander comment nous pouvons proclamer cet évangile de réconciliation, vu nos divisions.

 

Questions

  1. Que signifie « Jésus est mort pour nous tous »?
  2. Le pasteur allemand Dietrich Bonhoeffer écrivait : « Je suis frère d’une autre personne grâce à ce que Jésus Christ a fait pour moi et à moi : l’autre personne est devenue un frère pour moi grâce à ce que Dieu a fait pour elle. » En quoi cette citation affecte-t-elle notre façon de voir les autres?
  3. Quelles sont les conséquences de cette réalité pour le dialogue œcuménique et interreligieux?

 

Prière

Dieu d’amour, tu nous as donné, en Jésus, celui qui est mort pour tous.

Il a sauvé notre vie et est mort de notre mort. Tu as accepté son sacrifice et l’as élevé à une nouvelle vie avec toi. Accorde à nous, qui sommes morts avec lui, de devenir un par le Saint Esprit et de vivre dans l’abondance de ta divine présence, maintenant et à jamais. Amen.

 

Deuxième journée: Ne vivez plus pour vous-mêmes (2 Corinthiens 5.15)

Michée 6.6-8; Psaume 25.1-5; 1 Jean 4.19-21; Matthieu 16.24-26

 

Commentaire

Par la mort et la résurrection de Jésus-Christ, nous avons été rendus libres de vivre dans le pouvoir source de vie du Christ, qui a vécu, est mort et est ressuscité pour nous. « Perdre » sa vie pour lui, c’est la gagner. Les prophètes étaient constamment confrontés à des questions sur la bonne manière de vivre devant Dieu. Le prophète Michée a trouvé une réponse tres claire à cette question : « Rien d’autre que respecter le droit, aimer la fidélité et t’appliquer à marcher avec ton Dieu ». L’auteur du psaume 25, qui savait qu’on ne peut faire cela par soi-même, demanda à Dieu de lui donner conseils et force.. Depuis ces dernières années, l’isolement social et l’accentuation de la solitude sont devenus des problêmes sociaux critiques dans plus d’une société contemporaine. Les chrétiens sont appelés à bâtir de nouvelles formes de vie communautaire où l’on partage ses manières de vivre avec autrui et où l’on s’appuie entre générations. L’appel évangélique à vivre, non pas pour soi-même, mais pour le Christ, est aussi un appel à tendre la main à autrui et à abattre les barrières de l’isolement.

 

Questions

  1. Comment notre société nous tente-t-elle à vivre uniquement pour nous-mêmes, plutôt que pour autrui?
  2. Comment peut-on vivre pour autrui dans notre quotidien?
  3. Quelles sont les implications œcuméniques de l’appel à ne plus vivre uniquement pour nous-mêmes?

 

Prière

Dieu de miséricorde, tu nous as libérés, en Jésus-Christ, pour une vie qui va au-delà de nous-mêmes. Guide-nous par ton Esprit et aide-nous à orienter nos vies en sœurs et frères dans le Christ, qui a vécu, a souffert, est mort et est ressuscité pour nous et règne aujourd’hui et à jamais. Amen.

 

Troisième journée: Nous ne regardons personne d’un point de vue humain (2 Corinthiens 5.16)

1 Samuel 161, 6-7; Psaume 19.7-13; Actes 9.1-19; Matthieu 5.1-12

 

Commentaire

Rencontrer le Christ bouleverse tout. Paul a vécu cette expérience sur le chemin de Damas. Pour la première fois, il a pu voir Jésus, qui était vraiment le Sauveur du monde. Le point de vue de Paul en a été complètement changé. Il a dû se défaire de son jugement humain, mondain. La rencontre du Christ change tout autant notre perspective. Souvent, nous vivons dans le passé et jugeons selon nos normes humaines. Nous formulons des revendications ou faisons des choses « au nom du Seigneur », à des fins égoïstes, peut-être.  Au cours de l’histoire, en Allemagne comme dans bien d’autres pays, les gouvernants et les Églises elles-mêmes ont abusé de leur pouvoir et de leur influence pour parvenir à d’injustes fins politiques. En réaction, les chrétiens de l’Église morave (Herrnhuter), par exemple, transformés par leur rencontre avec le Christ, ont réagi, en 1741, en répondant à l’appel à voir les autres comme Dieu les voit, sans méfiantce ni préjugés.

 

Questions

  1. Où pouvons-nous relever des expériences de Damas dans notre vie?
  1. Qu’est-ce qui change quand on voit d’autres personnes, chrétienne ou non, telles que Dieu les voit?

 

Prière

Dieu éternel, tu es l’origine et le but de tous les vivants.

Pardonne-nous lorsque nous ne pensons qu’à nous-mêmes et sommes aveuglés par nos propres normes. Ouvre nos cœurs et nos yeux. Apprends-nous à aimer, à accepter, à nous montrer courtois, afin de croître dans cette unité qui est ton don. Honneur et louange à toi, maintenant et à jamais. Amen.

 

Quatrième journée : Le monde ancien est passé (2 Corinthiens 5.17)

Genèse 19.15-26; Psaume 77.5-15; Philippiens 3.7-14; Luc 9.57-62

 

Commentaire

Nous vivons souvent hors du passé. Il peut être utile, voire nécessaire, de retourner vers lui pour guérir nos souvenirs; mais cela peut aussi nous paralyser et nous empêcher de vivre dans le présent. Le message de Paul est ici libérateur : « le monde ancien est passé ». La bible nous encourage à garder en mémoire le passé, à tirer la force de nos souvenirs et à nous rappeler le bien que Dieu a fait. Elle nous demande aussi, néanmoins, d’abandonner le passé, même dans ce qu’il avait de bon, afin de suivre le Christ et de vivre une vie nouvelle en lui. La présente année voit la commémoration par de nombreux chrétiens le travail de Martin Luther et d’autres réformistes. La Réforme a profondément changé la vie de l’Église occidentale. Beaucoup de chrétiens ont porté des témoignages héroïques et beaucoup ont été renouvelés dans leur vie de chrétiens. Il est tout aussi important, nous apprennent des Écritures, de ne pas se limiter à ce qui s’est produit dans le passé, mais de permettre au Saint Esprit de nous ouvrir à un nouvel avenir où les divisions seront surmontées et oû le peuple de Dieu ne sera qu’un.

 

Questions

  1. Que pourrait nous apprendre en lisant ensemble de l’histoire de nos divisions et de notre méfiance mutuelle?
  1. Qu’est-ce qui doit changer dans nos Églises pour surmonter nos divisions et renforcer notre unité?

 

Prière

Dieu fidèle, toi le même hier, aujourd’hui et à jameis, guéris les blessures de notre passé, bénis notre pèlerinage vers l’unité et guide-nous vers notre avenir, où tu seras tout en tous. Dieu, Fils et Esprit Saint, toujours et à jamais. Amen.

 

Cinquième journée : Une réalité nouvelle est là (2 Corinthiens 5.17)

Ézéchiel 36.25-27; Psaume 126; Colossiens 3.9-17; Jean 3.1-8

Commentaire

Paul rencontra le Christ ressuscité et devint une personne  renouvelée, tout comme quiconque croit dans le  Christ. Cette nouvelle création n’est pas visible à l’œil nu : elle ne survient que grâce à la foi et au pouvoir de l’Esprit Saint. Nous sommes mis sur une relation salvatrice avec Dieu. Dans la résurrection du Christ, la mort est vaincue, et rien ni personne ne peut nous arracher de la main de Dieu. Nous sommes un dans le Christ et il vit en nous. Cette nouvelle vie devient visible lorsque nous la vivons dans « la compassion, la bienveillance, la douceur, l’humilité et la patience » (Col 3.12). Elle doit aussi paraître dans nos relations œcuméniques. On est convaincu, dans bien des Églises, que plus nous sommes dans le Christ, plus nous nous rapprochons mutuellement. Particulièrement en ce 500e anniversaire de la Réforme, on nous rappelle à la fois les hauts faits et les tragédies de notre histoire. L’amour du Christ nous presse de vivre comme des êtres renouvelés qui recherchent activement l’unité et la réconciliation.

 

Questions

  1. Qu’est-ce qui nous aide à reconnaître que nous sommes une nouvelle création du Christ?
  2. Quelles mesures nous faut-il prendre pour vivre notre nouvelle vie dans le Christ?
  3. Quelles sont les implications œcuméniques du fait d’être une nouvelle création?

 

Prière

Tu te révèles à nous, ô Dieu, comme un Créateur, un Fils, un Sauveur et une source de vie, et pourtant, tu es un. Tu abattrez nos frontières humaines et tu nous renouvelles. Donne-nous un cœur nouveau pour surmonter tout ce qui met en péril notre unité en toi. Nous prions au nom de Jésus-Christ, par le pouvoir de l’Esprit Saint. Amen.

 

Sixième journée : Nous sommes réconciliés avec Dieu

(2 Corinthiens 5.18)

Genèses 17.1-8; Psaume 98; Romains 5.6-11; Luc 2.8-14

 

Commentaire

La réconciliation a deux faces : elle est à la fois fascinante et terrifiante. Elle nous attire, de sorte que nous la désirons : en nous, avec autrui et entre nos traditions respectives. Nous en voyons également le coût, ce qui nous effraie, car se réconcilier, c’est renoncer à notre désir de pouvoir et de reconnaissance. Dans le Christ, Dieu nous réconcilie gracieusement, nous et la création, même si nous nous sommes détournés de lui. Dans l’Ancien testament, Dieu était fidèle et miséricordieux à l’endroit du peuple d’Israël, avec lequel il avait conclu une alliance. On lit, dans Romains 11.29, que « les dons et l’appel de Dieu sont irrévocables ». C’est par son sang que Jésus a inauguré la nouvelle alliance. Trop souvent, à travers l’histoire, nos Églises y ont été infidèles. Depuis l’Holocauste, les Églises allemandes ont considéré comme leur responsabilité distincte de combattre l’antisémitisme. De même, toutes les Églises sont, elles aussi, invitées à prôner la réconciliation dans leurs communautés et à résister à toute forme de discrimination humaine, car nous faisons tous partie de l’alliance de Dieu.

 

Questions

  1. Que représente faire de faire partie de l’alliance, pour nous différentes communautés chrétiennes?
  2. De quelles formes de discrimination nos Églises doivent-elles se préoccuper aujourd’hui dans nos sociétés?

 

Prière

Dieu de miséricorde, tu as conclu par amour une alliance avec ton peuple. Donne-nous la force de résister à toute forme de discrimination. Que le don de ton alliance d’amour nous comble de joie et nous inspire une plus grande unité. Par Jésus- Christ, notre Seigneur ressuscité, qui vit et règne avec toi, et par l’Esprit Saint, maintenant et à jamais. Amen.

 

Septième journée : Le ministère de la réconciliation (2 Corinthiens 5.18-19)

Genèse 50.15-21; Psaume 72; 1 Jean 3.16b-21; Jean 17.20-26

Commentaire

La réconciliation entre Dieu et l’humanité est la réalité primordiale de notre foi chrétienne. Paul était persuadé que l’amour du Christ nous presse de mettre la réconciliation au cœur de tous les aspects de notre vie, ce qui nous amène à examiner aujourd’hui  nos consciences relativement à nos divisions. Comme l’illustre l’histoire de Joseph, Dieu accorde toujours la grâce nécessaire pour la guérison des relations brisées. Les grands réformateurs de toutes les traditions chrétiennes se sont efforcés de susciter le renouveau dans l’Église. Le ministère de la réconciliation comporte la tâche de surmonter les divisions au sein de la chrétienté. De nos jours,  nombre d’Églises chrétiennes travaillent ensemble dans une confiance et un respect mutuels. Signalons, comme exemple de réconciliation œcuménique, le dialogue entre la Fédération mondiale luthérienne et la Conférence mondiale mennonite. En 2010, ces deux organismes célébraient un service pénitentiel dans toute l’Allemagne et dans de nombreux autres pays.

 

Questions

  1. Où percevons-nous le besoin d’un ministère de la réconciliation dans notre contexte?
  1. Comment réagissons-nous à ce besoin?

 

Prière

Dieu de toute bonté, nous te remercions de nous réconcilier, tout comme l’ensemble de la création, avec toi dans le Christ. Donne force et courage à nos communautés et nos Églises dans les ministères de la réconciliation. « Là où est la haine, que nous mettions l’amour. Là où est l’offense, que nous mettions le pardon. Là où est la discorde, que nous mettions l’union. Là où est l’erreur, que nous mettions la vérité. Là où est le doute, que nous mettions la foi. Là où est le désespoir, que nous mettions l’espérance. Là où sont les ténèbres, que nous mettions la lumière. Là où est la tristesse, que nous mettions la joie » (Prière de saint François). Nous t’en prions au nom de Jésus-Christ, par la puissance de l’Esprit Saint. Amen.

 

Huitième journée : Réconciliés avec Dieu (2 Corinthiens 5.20)

Michée 4.1-5; Psaume 87; Apocalypse 21.1-5a; Jean 20.11-18

 

Commentaire

Qu’adviendra-t-il si les prophéties de la bible se réalisent? Qu’adviendrait-il si les guerres entre les peuples cessaient et si l’on faisait des choses sources de vie à partir des armes de guerre? Et si régnaient la justice et la paix de Dieu, la paix n’étant pas simplement l’absence de guerre? Et si tous se rassemblaient pour une célébration où pas une seule personne ne serait marginalisée? S’il n’y avait vraiment plus de deuils, plus de larmes et plus de morts? Ce serait l’apogée de la réconciliation que nous a apportée Jésus-Christ. Ce serait divin : psaumes, cantiques et hymnes chantent le jour où l’ensemble de la création devenue parfaite et atteindra enfin son but, le jour où Dieu sera « tout en tous ».  Ces célébrations parlent de l’espérance chrétienne de la venue du règne de Dieu, où la souffrance fera place à la joie. Ce jour-là, l’Église se révélera dans sa grâce et sa beauté comme le corps unique du Christ. Chaque fois que nous nous rassemblons dans l’Esprit pour chanter la réalisation des promesses de Dieu, le ciel s’entrouvre et nous commençons, ici et maintenant, a danser sur la mélodie de l’éternité.

 

Questions

  1. Quelle est notre vision du ciel?
  2. Quels chants, histoires, poèmes et images de nos traditions nous donnent le sentiment de participer à la réalité de l’éternité de Dieu?

 

Prière

Dieu d’amour, nous te remercions pour  cette Semaine de prière pour l’unité chrétienne, pour notre réunion en tant que chrétiens et pour les nouvelles façons dont nous avons connu votre présence. Puissions-nous toujours vénérer ensemble votre saint nom, afin de continuer de grandir dans l’unité et la réconciliation. Amen.

 

 

[pour l’intérieur de la couverture arrière du livret]

 

Agneau de Dieu, le ciel t’adore,
les saints et les anges chantent devant toi
Que par les bouches des hommes et des anges, accompagnées par les harpes et les cymbales, te soit chanté un « Gloria ».

Les portes de ta ville sont les douze perles et nous sommes ceux qui entourent ton trône avec les anges.

Aucun œil n’a pu voir, aucune oreille n’a pu entendre une telle joie. Nos cris de victoire retentiront éternellement!

 

[Allemand «  Wachet auf, ruft uns die Stimme, » auteur: Philipp Nicolai (1599); Français : « Réveillez-vous! » Traduction : site Web www.bachoque.ch/traductions/BWV-140-0]

 

The Canadian Council of Churches - Le Conseil Canadien Des Églises

47 Queen's Park Crescent East
Toronto, ON
M5S 2C3

www.conseildeseglises.ca

tél: 416.972.9494
télec: 416.927.0405
sf: 1.866.822.7645

info@conseildeseglises.ca

Inscrivez-vous à notre newsletter.

  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.