L’engagement du Canada envers la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones

La Commission Justice et Paix du Conseil canadien des Églises a écrit au ministre de la Justice et procureur général du Canada pour exprimer son soutien à l’engagement que prend le gouvernement du Canada d’adopter une loi créant un cadre pour la mise en œuvre de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

La Commission s’unit à d’autres communautés croyantes pour affirmer que la Déclaration constitue un cadre de réconciliation apte à répondre à l’Appel à l’action 48 de la Commission de vérité et réconciliation. Le projet de loi C-262, adopté par la Chambre des communes lors de la dernière législature, a reçu des communautés autochtones un appui important. La Commission se dit heureuse de voir ce projet de loi servir de socle à une loi de mise en œuvre. « La mise en œuvre de la Déclaration permettrait au Canada de passer des nobles paroles d’excuses et des simples aspiration à l’adoption de loi efficaces et applicables en justice pour les Autochtones. Voilà qui est essentiel à l’intégrité de la réconciliation en ce lieu qu’on appelle aujourd’hui le Canada. »

Dans le récent discours du trône, le gouvernement du Canada a promis de présenter cette législation d’ici la fin de l’année 2020. 

Vous pouvez lire ici le texte complet de la lettre en français et en anglais.